À propos

La pauvreté, les dérèglements climatiques et les conflits violents se sont répercutés sur la vie de millions de personnes dans la région du bassin du lac Tchad. L’intensité et le développement des activités de groupes armés non étatiques depuis 2009 ont conduit à des déplacements massifs internes et transfrontaliers, à la destruction des moyens de subsistance, des biens, des liens sociaux et du tissu social, à des violations des droits de l’homme ainsi qu’à la rupture des institutions et de l’appareil gouvernementaux. De violents conflits continuent à engendrer des souffrances humaines de grande ampleur dans le nord-est du Nigéria et certaines parties du Niger, du Tchad et du Cameroun situées dans la région du lac Tchad. La crise doit être envisagée de façon holistique, par des initiatives destinées au renforcement de l’assistance humanitaire, de la prévention des crises et la stabilisation, et du développement durable.

À la suite de la Conférence humanitaire d’Oslo sur le Nigéria et la région du Lac Tchad tenue en février 2017, au cours de laquelle 672 millions de dollars d’aide financière avaient été promis pour 2017 et au-delà, la réponse humanitaire dans la région du lac Tchad a été fortement accrue : plus de 6 millions de personnes ont obtenu une aide en 2017, et la famine a été évitée dans le nord-est du Nigéria. Dans le même temps, la coopération régionale face aux facteurs influant sur la crise a été renforcée, notamment et tout spécialement par le Groupe consultatif sur la prévention et la stabilisation du bassin du lac Tchad mis en place lors de la conférence d’Oslo et qui offre une plateforme de discussion stratégique sur la prévention des crises et la stabilisation dans la région. Parallèlement, des initiatives importantes ont été entreprises par les gouvernements respectifs, la Commission du Bassin du Lac Tchad, l’Union africaine et d’autres acteurs pour intensifier les actions visant le développement en intégrant une plus grande tolérance au risque, flexibilité et innovation dans l’élaboration des programmes.

Renforcer les efforts collectifs parmi les multiples acteurs faisant face à la crise complexe dans la région du lac Tchad est une priorité majeure : l’assistance humanitaire ayant permis de sauver des vies et d’empêcher des millions de personnes de descendre sous les seuils d’urgence, elle doit être maintenue. Pour résoudre des conflits en cours et instaurer la paix, il faut trouver des solutions politiques transfrontalières à la crise. Parallèlement, il est nécessaire d’accroître les investissements dans le développement à long terme pour rétablir la présence et les services d’un gouvernement civil, renforcer la résilience et combattre les vulnérabilités et les facteurs de conflit sous-jacents.

La conférence s’appuiera sur les résultats, les partenariats et les engagements de la conférence d’Oslo et portera essentiellement sur les thématiques suivantes : (i) assistance humanitaire et protection; (ii) prévention des crises et stabilisation ; (iii) renforcement de la résilience pour le développement durable. Des panels thématiques et interactifs sur ces trois piliers offrira aux participantes une plate-forme pour débattre et d’échanger des expériences, des idèes et des strategies déstinées au reforcement de la coopération régionale transfrontalière entre pays concernés et acteurs clés.

Objectifs généraux

  1. renforcer une approche collective et multidimensionnelle pour gérer la crise et ses causes profondes ;
  2. soutenir le leadership des gouvernements concernés et renforcer leurs partenariats avec des partenaires régionaux et internationaux ;
  3. mobiliser les ressources internationales afin de répondre aux besoins immédiats et à long terme des victimes de la crise, en particulier les groupes les plus défavorisés et les plus vulnérables ;
  4. stimuler le soutien à une aide humanitaire fondée sur des principes, fournir un accès libre et sans entraves à l’aide humanitaire pour les victimes de la crise et une protection accrue aux civils ;
  5. répondre aux besoins à moyen et long terme des victimes de la crise par le biais du renforcement de la résilience, de la prévention des crises ainsi que de la stabilisation et du développement durable.